Articles

Le temps des crises (2)

La crise de la modernité est conçue comme « phénomène social total » en analogie avec le modèle médical du moment décisif où le malade survit ou succombe.

Dès le XVIIIᵉ se développent les quatre grandes conceptions de la crise à travers lesquelles nous interprétons, gérons et instrumentalisons les crises jusqu’à ce jour.

  (Lire la suite … )

Articles

Le temps des crises (1)

Le début du XXIᵉ siècle a déjà entamé ou traversé un nombre étonnant de crises : une crise du terrorisme globalisé, des crises économiques, une crise écologique, des crises migratoires, des crises de la dette, et maintenant une crise sanitaire qui, probablement, ouvrira à une autre crise économique et une autre crise de la dette publique.

Toutefois l’usage inflationnaire du terme de « crise » aura également fait qu’il est difficile de savoir ce que signifie ou à quoi, plus précisément, se réfère la notion de « crise ». Une occasion, donc de reprendre le fil historique du concept de crise.   (Lire la suite … )

Billets

Cent et demi : un bilan

Depuis la mise en ligne du Blog en janvier 2019, voici donc le 100ᵉ billet. 100ᵉ et demi, pour être précis.

Temps de marquer une petite pause pour une relecture de « Malaise dans la culture » (ou dans la « civilisation », comme l’aura faussement traduit une certaine tradition) ; l’un des textes les plus sombres, les plus étonnants, mais aussi des plus personnels et des plus politiques de Freud.

Quelques réflexions donc sur la vie, la mort, l’amour, la destruction, la souffrance et quelques autres questions actuelles et inactuelles.   (Lire la suite … )

Hygiène
Articles

L’odeur du virus

Le virus a-t-il une odeur ? Bien sûr que non, répondra le bien-pensant. Et pourtant, lit-on, il existerait des chiens qui renifleraient les malades du Covid mieux que tout test chimique.

L’odeur du virus, c’est donc l’odeur du malade et l’effluve de la mort. Par le biais des innombrables discussions et débats sur les modes de contagion et les répartitions d’aérosols, par le biais des mesures de distanciation et de l’obligation du port de masque, c’est tout l’imaginaire de la peste, du choléra et des pires épidémies de l’histoire du monde qui est réactivé par la propagande politique et médiatique.

Il semble opportun, dès lors, de revisiter notre pandémie sous l’angle de l’odeur de la maladie et de l’air pestilentiel dans notre imaginaire social.   (Lire la suite … )