Skip to main content

Le paradoxe du féminisme néolibéral

Le paradoxe du féminisme néolibéral

Ces dernières années, la rhétorique des médias grand public et des institutions internationales s’est largement répandue : l’une des clés pour mettre fin aux maux persistants de l’économie internationale consiste à éduquer et à promouvoir les  » droits  » des filles et des femmes[…].Cet effort a donné naissance à une nouvelle idéologie pseudo-féministe, qu’Adrienne Roberts […]

De la contestation à la révolution bourgeoise

De la contestation à la révolution bourgeoise

Dans leur manifeste du Féminisme pour les 99%, C. Arruzza, T. Bhattacharya et Nancy Fraser proposent une critique importante du féminisme de la « deuxième vague ». Le féminisme libéral, c’est-à-dire la variante la plus populaire du féminisme dit de la « deuxième vague », écrivent-elles, n’est pas une solution au problème de l’inégalité, mais fait partie du problème de l’inégalité.
Comment donc ce féminisme a-t-il fini par faire partie du problème qu’il visait à résoudre ? Pour répondre à cette questions, Arruzza, Bhattacharya et Fraser reprennent à leur compte une critique du féminisme libéral contemporain issue du féminisme marxiste …

Fraen un d’Muecht?

Fraen un d’Muecht?

Gläichberechtegung, esou schéngt et haut allgemeng a Wirtschaft a Politik ugeholl, heescht, datt d’Fraen déi nämlech Rechter, déi nämmlecht Posten an déi nämmlecht Salairë wéi Männer kréie sollen. Dofir gëllt dann och Paritéit als déi universell Léisung vum Problem vun der männlecher Dominatioun. Dat bestreit en neit Manifest – Feminismus fir déi 99 Prozent – […]

Bullshit Jobs

Bullshit Jobs

Hutt Dir den Androck, fir eng Aarbecht bezuelt ze ginn, déi sënnlos ass a vun där kee Mënsch eppes huet? Eng Aarbecht, déi ee grad esou gutt kéint ofschafen? Fir den amerikaneschen Anthropholog David Graeber sinn « Bullshit Jobs » een an der « effizienter » liberaler Wirtschaft wäitverbreete Phenomen: vill Salariéë géifen all Dag esou maache wéi wann. […]