Upassung a Gehorsam (4)

En règle générale, nous faisons confiance à nos propres pensées, à nos propres sentiments et surtout à nos propres perceptions. Assurément, nous laissons parfois les autres nous convaincre que nous avons tort, que nous nous trompons ou que nous n’avons pas bien perçu ce que nous croyions voir ou entendre.

Mais, cela arrive-t-il souvent ? Et, jusqu’où cela peut-il aller, que nous participions simplement à l’avis du groupe, que nous reconnaissions notre propre opinion, voire notre propre perception comme étant fausse face à d’autres personnes, sans que quiconque nous en convainque explicitement ?

Comment, en d’autres mots, se produit une telle adaptation au groupe ? Et, à quel point cette adaptation nous détermine-t-elle ?


(Sous-titrage français, allemand, anglais.)

Bibliographie:

  • Asch, S. E. (1951). « Effects of group pressure upon the modification and distortion of judgment ». In H. Guetzkow (ed.) Groups, leadership, and men. Pittsburgh, PA: Carnegie Press
  • sch, S. E. (1955). « Opinions and social pressure ». Scientific American, 193, 31-35
  • Asch, S. E. (1956). « Studies of independence and conformity: A minority of one against a unanimous majority ». Psychological Monographs, 70 (Whole no. 416)
  • Feldman, S. (2003). « Enforcing Social Conformity: A Theory of Authoritarianism ». Political Psychology, 24(1), 41–74.
  • Lorge, Irving, and Carl C. Curtiss. « Prestige, suggestion, and attitudes ». The Journal of Social Psychology 7.4 (1936): 386-402
  • Milgram, Stanley. « Nationality and conformity ». Scientific American (1961)