Derniers articles

Articles

Remarques sur les “faits” de la politique

Depuis le début de la pandémie, les discours politiques et médiatiques n’ont cessé d’affirmer que les lois et mesures anti-Covid « suivent la science ». Ainsi, la politique de santé et ce qui est fait en son nom serait régi par l’approche de la « politique fondée sur les preuves ».

Ces derniers mois, cependant, ces faits ont vacillé et changé. Certains de ces faits se sont également révélés faux. Ainsi, cette politique des faits paraît de plus en plus défectueuse et de moins en moins fondée sur les preuves dont elle se prétend. Malgré le caractère de plus en plus problématique de ses fondements, cette politique se poursuit sans aucun signe durable de ralentissement ou de changement de cap.

La question qui se pose alors est de savoir sur quoi repose une politique fondée sur des faits, quand ces faits viennent à changer ou à disparaître ?

Que ce soit sous la forme de faits scientifiques, rendus de plus en plus ingérables et opaques par l’explosion d’études, ou sous la forme de simples inventaires statistiques d’infections, de besoins en soins intensifs ou de décès : les politiques sanitaires semblent de plus en plus réduites à une logique immanente et fondées sur des procédures décisionnelles inintelligibles qui, grâce à un recours subtil à des contrats privés et au secret des affaires, contribuent surtout au bénéfice d’une gouvernance entrepreneuriale de l’État.   (Lire la suite … )

Billets

Cent et demi : un bilan

Depuis la mise en ligne du Blog en janvier 2019, voici donc le 100ᵉ billet. 100ᵉ et demi, pour être précis.

Temps de marquer une petite pause pour une relecture de « Malaise dans la culture » (ou dans la « civilisation », comme l’aura faussement traduit une certaine tradition) ; l’un des textes les plus sombres, les plus étonnants, mais aussi des plus personnels et des plus politiques de Freud.

Quelques réflexions donc sur la vie, la mort, l’amour, la destruction, la souffrance et quelques autres questions actuelles et inactuelles.   (Lire la suite … )

Hygiène
Articles

L’odeur du virus

Le virus a-t-il une odeur ? Bien sûr que non, répondra le bien-pensant. Et pourtant, lit-on, il existerait des chiens qui renifleraient les malades du Covid mieux que tout test chimique.

L’odeur du virus, c’est donc l’odeur du malade et l’effluve de la mort. Par le biais des innombrables discussions et débats sur les modes de contagion et les répartitions d’aérosols, par le biais des mesures de distanciation et de l’obligation du port de masque, c’est tout l’imaginaire de la peste, du choléra et des pires épidémies de l’histoire du monde qui est réactivé par la propagande politique et médiatique.

Il semble opportun, dès lors, de revisiter notre pandémie sous l’angle de l’odeur de la maladie et de l’air pestilentiel dans notre imaginaire social.   (Lire la suite … )

Articles

Les petits arrangements d’un grand dépistage

Dans la compétition internationale des meilleurs stratégies anti-épidémiques, le Luxembourg fait figure de modèle à suivre. Avec 42,9% d’infections évitées, le dépistage à large échelle aurait permis au petit pays d’éviter une catastrophe sanitaire et économique majeure. C’est du moins ce que proclament de manière univoque la politique et leurs scientifiques.

Selon le langage militaire en vigueur, la Task Force scientifique gouvernementale aurait profité « de la formidable opportunité » de « tester progressivement l’ensemble de la population contre le nouveau coronavirus dans un laps de temps relativement court ».

Ainsi, une étude scientifique des spécialistes de la Task Force, parue en mai 2021, montrerait que le nombre des cas détectés n’a pas seulement pu être réduit de presque moitié, mais qu’il aurait, en cas de dépistage obligatoire, permis d’éviter 82,7 % des cas d’infection. Manifestement, la démocratie nuit gravement à la santé.

Qu’en est-il alors de cette science qui informe la politique sanitaire ? Une relecture critique de l’étude scientifique et de son contexte révèle une situation un peu plus enchevêtrée que ne le laissent entendre les défenseurs d’une politique basée sur les faits.   (Lire la suite … )

Billets

L’avenir du futur : sans retour

La ligne directrice des mesures supposément « sanitaires » est clairement cumulative : aucune nouvelle mesure, aucun nouveau masque, test ou vaccin qui se substitue ou rende caduque une mesure précédente ou concurrente.

De fait, toutes les règles, toutes les mesures, tous les interdits se complémentent de manière de plus en plus essentielle et s’additionnent en un conglomérat administratif de plus en plus confus et absurde.   (Lire la suite … )

Articles

L’empire de l’arbitraire

Depuis la promulgation de l’état de crise au mois de mars, le gouvernement a soumis 110 versions de 16 projets de loi relatifs à la lutte contre la pandémie, soit 1,7 projet de loi et 12 révisions en moyenne par mois.

Or, les décideurs politiques ne prétendent même plus étayer leurs législations sanitaires sur des résultats ou des ‘faits’ scientifiques bien précis, sur des chiffres concrets ou sur un savoir légitime. Il semble donc d’ores et déjà admis que la limitation voire l’abrogation des droits et libertés fondamentales s’avère politiquement arbitraire. La nouvelle politique sanitaire correspond à l’idéal de la politique plébiscitaire de l’imaginaire populiste : les dirigeants décident, le peuple acclame.   (Lire la suite … )

Radio

Meenungsfräiheet

Meenungsfräiheet ass en vun de Grondrechter vun de moderne westlechen Demokratien. Ausserhalb vu Krisesituatioune soll op dëst Recht och net verzicht ginn. Mä di Meenungsfräiheet stellt och en praktesche Probleem duer: wa jiddwereen seng eege   (Lire la suite ... )
Ëffentlech Meenung

Ëffentlech Meenung

Opgrond vun de grousse politesche Revolutioune vum 18. an 19. Joerhonnert gouf d‘Demokratie am Ufank vum 20. Joerhonnert gär als Massephenomen interpretéiert. Et sollt een denken dat déi spontan Massebeweegungen déi d‘Adelsherrschaft ofgeschaaft hunn, an   (Lire la suite ... )

Émissions récentes

Épisodes radio

Gefiller vum Kapitalismus (8/8): Léift als Maart

Di romantesch Liibhaber an den Homo Oeconomicus, de rechnenden Egoist hunn eppes gemeinsam: si sinn allen zwee Variante vun dem nämmlechten ekonomeschen a kulturelle Kontext.

Mä obwuel se sech am Ufank an opposéiert Richtunge wennen, fannen se am Laaft vum 20. Joerhonnert zesummen. Wann d‘Léift zum Dating-Maart gëtt, ass d‘Zaït vun engem neie relationale Modell komm.   (Lire la suite … )

Épisodes radio

Gefiller vum Kapitalismus (7/8): Léift a Geschäft

Ab de 40er Jore vum 20. Joerhonnert gouf d‘Verbindung vu Léift a Konsum ëmmer méi enk. Duerch d‘Efforten vun engem neien Typ vu Marketing a vun der Filmindustrie gëtt et ëmmer méi kloer dat d‘Léift och ganz materiell eppes kaschte soll. D‘Léift ass dann net méi dat sehnsüchtegt Emäermen virum Hannergrond vun enger verkläerter Natur. Si geschitt virum Hannergrond, an am Kader vun engem mat Marketing-Symboler ugeräicherten Konsumverhalen.

Léif a Geschäft récken am Laf vum 20. Joerhonnert ëmmer méi no zesummen. An dat bis zum Moment wou se sech esou gläichen dat eng politesch Ekonomie vun der Libesbezéiung entsteet.   (Lire la suite … )

Épisodes radio

Gefiller vum Kapitalismus (6/8): Léift oder Geschäft?

Egoistesche Profit, d‘Benotze vun den Anere fir den eegenen Avantage, an den Altruismus vun der Léift schéinen zwou grondsätzlech verschidden Attitüden duerzestellen.

Romantesch Léift, esou schéngt et, wär also de Contraire vun den Geschäftsbezéiungen. An déi Léift wär doduerch eng Äntwert op d‘Keelt vun der kapitalistescher Konkurrenzwelt. An trotzdeem gëtt et do eppes, wat di zwee verbënnt.

De rechnenden Egoist an de verléifte Liibhaber sinn nämlech allen zwee Variante vun der nämmlechter Kultur vum Individuum. Dofir kënnen si dann och progressiv an iwwerraschend Mëschverhältnësser trieden.   (Lire la suite … )

Séries radio

Radio

Gefiller vum Kapitalismus

En vun de markantste rezenten historeschen Decouverten vun der Soziologie ass d‘Funktioun vun de Gefiller am Kontext vum Spéitkapitalismus.

An ëmmer méi Aarbechten aus dem Déngschtleeschtungssecteur spillen d’Gefiller, a Form vum Gefillsmanagement an d’Gefillsmanipulatioun, wichteg Rollen.

Unhand vun zwee representative Beispiller, der Aarbecht an der Léift, sollen des Ännerungen an der Gesellschaft, an an eiser Psychologie veranschaulecht ginn.   (Lire la suite … )

Radio

Autoritär!

Et gouf emol eng Theorie déi duecht, dat wa gesellschaftlech Ongläichheeten wuessen géifen, déi Ënnerdréckt sech dru setzen géifen, eng nei, méi gerecht Gesellschaft ze grënnen.

An dunn ass d’Géigendeel geschitt, esou wuel am Osten, wéi am Westen gouf eng nei Zort vu Gesellschaft erfonnt: déi vum Totalitarismus.

Wéi war dat méiglech?   (Lire la suite … )

Radio

Mir Klengbierger

Eigentlech, esou eng bekannt Virausso aus dem 19ten Joerhonnert, sollten Klengbierger als sozial Klass lues a lues verschwannen. D’Zukunft, esou des Iddi, gëtt bestëmmt vum Kampf tëscht Proletarier an Groussbierger. Bekanntlech ass et net esou komm. Oder net esou wéi   (Lire la suite … )

Radio

68 – Revolt an Utopie

50 Joer no 68 ginn d’Diskussiounen doriwwer wat 1968 war, a wat et bedeit huet nach ëmmer mat vill Pathos op dir enger Säit, mat Zynismus an Iwwerhieflechkeet op dier aanerer gefouert. Eng bal gelongen sozialistesch Revolutioun, eng kollektiv Nervekrise   (Lire la suite … )

Radio

Demokratie a Populismus

Demokratie an Demagogie (4. Januar 2017) [Audio] Demokratie a Populismus (11. Januar 2017) [Audio] Demokratie : eng komplizéiert Affär  (18. Januar 2017) [Audio] Anti-demokratësch Tendenzen an der Demokratie (25. Januar 2017) [Audio] Den Nährbuedem vum Populismus (1. Februar) [Audio] Vun   (Lire la suite … )

Émile Chambon. La clef des songes. (1982)